Albums jeunesse : qui gagne quoi... et pourquoi ?

Régulièrement, il nous arrive, sur les salons ou par email, de répondre à des questions du type "combien gagne un auteur jeunesse ?" ou "est-ce que vous pouvez me faire un prix sur vos livres ?".

Nous vivons dans des sociétés où il est quelquefois très compliqué de comprendre le prix des choses, et curieusement peu d'entreprises semblent prêtes à expliquer de façon claire la composition de leur prix de vente.

Cela fait plusieurs mois que nous avions envie d'aborder ce sujet avec vous. Nous savons qu'en ouvrant ce débat des questions vont surgir. Surtout, n'ayez pas peur de les poser, nous essaierons d'y répondre de la façon la plus claire et détaillée possible.


Ce qu'il faut savoir sur le marché du livre en France...

Certaines règles sont communes à toutes les maisons d'éditions :
  • soit de par la loi :
- le prix public d'un livre est fixé par l'éditeur. Que le livre soit vendu en direct par l'éditeur, par une grande surface ou un libraire, il n'est pas possible de vendre le livre à un autre prix.
- le maximum de remise accordée aux particuliers sur ce prix public est de 5%.
- le livre est soumis à une TVA réduite de 5,5%.
  • soit de par les habitudes de la profession :
- un libraire touche entre 20 et 40% du prix de vente d'un livre.
- un distributeur et un diffuseur (souvent une même structure) se partagent entre 15 et 35%.
- la part auteur varie entre 5 et 12%.

La part de l'impression est, quant à elle, très variable d'un éditeur à un autre, notamment en fonction du papier utilisé, de la quantité imprimée et du lieu d'impression.
Sur ce terrain-là, petits et grands éditeurs ne jouent absolument pas à armes égales.
Un même livre peut être fabriqué pour 15 cts ou 2 euros selon qu'il est imprimé à 50.000 exemplaires en Malaisie ou à 500 exemplaires en France.
Certes, l'investissement initial est différent, mais la marge également.

En ce qui nous concerne, nous imprimons au plus proche de nos lieux de stockage, avec des quantités qui varient entre 1500 et 5000 exemplaires par tirage.

Voici ce que donne la décomposition, poste par poste, pour un livre à 6 euros (le prix moyen de nos livres) sur 2009 et 2010 :

(cliquez sur l'image pour la voir en taille réelle)

Quelques précisions

Nous n'avons pas de distributeur exclusif et nous vendons en direct une partie de nos livres, soit à l'occasion de salons, soit sur notre site internet.
Il nous arrive donc d'encaisser la part librairie et la part distribution/diffusion en plus de notre part éditeur. Nous avons alors les frais inhérents à ces activités : location d'espace sur les salons, frais de commercialisation mais globalement, compte tenu de notre volume de ventes, cela revient sensiblement au même.
Nous payons les auteurs sur la quantité imprimée, et non sur la quantité vendue.
C'est une forme étendue de l'à-valoir.


Pourquoi publier ces informations ?

D'une part, parce que régulièrement des auteurs ou des lecteurs nous demandent comment fonctionne l'économie d'une petite maison d'édition.
D'autre part, parce qu'il nous semble important que le lecteur/consom'acteur comprenne où va l'argent qu'il met dans ses achats :
  • En achetant chez un libraire que vous aimez, vous l'aidez à continuer son activité, vous l'encouragez à rechercher pour vous des titres rares et vous maintenez le commerce de proximité.
  • En achetant en direct sur notre site, vous nous aidez à financer les prochains projets éditoriaux, vous nous donnez un ballon d'oxygène et contribuez ainsi à la bibliodiversité.
Les deux sont importants.


Ajout le 23/06/2010 : Lorsque j'écrivais en tête de ce billet qu'il est aujourd'hui très compliqué de comprendre le prix des choses, je pensais surtout aux biens et services qui entourent notre quotidien. Mais ce billet de Françoise Benhamou du 22 juin montre également à quel point le prix d'une entreprise peut varier d'un moment à l'autre, d'un point de vue ou d'un autre : "...il en résulte que le groupe Le Monde, hors Le Monde Interactif, a une valeur négative ! L’ensemble constitué par Le Monde, Le Monde diplomatique, La Vie, Telerama et une partie de l’imprimerie (détenue avec Le Parisien) vaudrait moins que zéro…" (voir le billet sur le blog de Françoise Benhamou)

.

Commentaires

frédérick mansot a dit…
Bonjour, je viens de découvrir votre article et votre "camembert du prix du livre" très interessant. Merci pour ces éclaircissements salutaires à la prise de conscience du public. Illustrateur depuis 20 ans, membre de la Charte des auteurs de livres jeunesses et ancien président de Notabene (syndicat des auteurs de l'écrit), je tenais juste à vous informer que la part auteur/illustrateur sur un album jeunesse est en moyenne en France de 2%+2% = 4% et non 10% !!! ces chifres proviennent d'une étude faite par l'Union National des Peintres et Illustrateurs en 2007. D'autre part, mon expérience et les multiples échanges avec mes confrères et consœurs confirment ces chiffres, en augmentant tout fois souvent d'une point les pourcentages : soit 3% chacun. Mais jamais 5% chacun !!! Parfois 5% pour l'illustrateur et 3% pour l'écrivain… c'est le mieux que j'ai pu négocier !!! 3% pour un livre à 6€, ça fait 0,17€ plutôt que 0,30€ comme dans le camembert.
Bien cordialement.
frédérick Mansot
Albert a dit…
Je suis effectivement d'accord que la majorité des auteurs ne touchent pas 10%... certains éditeurs jeunesse ne pratiquent même pas le % mais un droit fixe.
Petite précision : les proportions que nous indiquons dans ce visuel ne concernent que nos propres chiffres et nous n'avons pas la prétention de représenter le marché du livre ;-)
Emmanuelle Zicot a dit…
Bonjour,
en lisant vos exemplaires de contrat, je me rends compte que les scans sont à la charge de l'illustrateur...donc à moins d'avoir du super matos à la maison ce sont des frais supplémentaires que ne couvrent pas l'avance ...
et pour le % des droits d'auteur, vos contrats type présentent du 4% pour chaque partie ce qui nous donne 8% et pas 10...
Albert a dit…
Bonjour Emmanuelle : ça fait plaisir de voir que nos propositions de contrats sont lus, et j'attendais justement la question ;-)

Effectivement, nous proposons 4% pour le texte et 4% pour les illustrations... et si vous regardez plus bas, vous constaterez que nous remettons 50 exemplaires du livre à l'auteur, autant à l'illustrateur et qu'ils bénéficient de 50% de réduction s'ils souhaitent en acheter pour les revendre.

Les 10% indiqués sur le graphique correspondent à la moyenne comptable observée sur 2009 quant aux sommes attribuées aux auteurs.

Sans entrer dans de grandes explications, je vous prie de croire que résumer sur une seule image plusieurs pages de tableaux de chiffres n'est pas évident ;-)

Concernant votre question sur le scan : cette clause date d'une époque ou nous devions sous-traiter la photogravure. Mais de façon effective nous n'avons jamais re-facturé quoi que ce soit à un(e) illustrateur-trice.

Notre regret est de ne pas avoir la surface financière qui nous permettrait de proposer des avances sur droit proportionnelles au temps passé par l'illustrateur-trice.

Par exemple nous aimerions être capable de payer 1500 ou 2000 euros d'avances sur droits une illustratrice qui vient de passer 3 semaines sur un livre.

Et croyez-bien que le jour où nous le pourrons, nous le ferons.
Emmanuelle Zicot a dit…
merci pour vos précisions!
je trouve que de toute façon c'est positif quand un éditeur essaie de faire de l'édition "équitable"...
bon courage à vous!
Marie-Laure A a dit…
Très intéressant cette répartition du fromage... L'intention d'une édition équitable est louable ! On constate que les petites structures ont du mal effectivement à s'engager sur des avances, mais certaines le font, ce qui nous permet de continuer à travailler !
Merci pour votre communication sur le sujet.
Bonjour,

Je salue votre soucis de transparence et je trouve que c'est une démarche intéressante de proposer vos contrats en lecture.
Cependant, j'ai du mal à ne pas réagir moi aussi quand je lis 10% pour l'auteur et l'illustrateur dans votre camembert.
Depuis 10 ans, j'ai travaillé pour de nombreux éditeurs et j'ai rarement obtenu plus que 6% (soit 3% pour l'auteur et 3% pour l'illustrateur). En discutant avec mes amis illustrateurs, je constate que c'est ce qui ce pratique malheureusement le plus souvent...Certains arrivent à obtenir jusque 8%...Mais 10%, on est loin de la réalité.
Désolée pour cette intrusion, mais 1 ou 2 % de plus ou de moins ça fait une très grosse différence pour nous dans la mesure où nous n'avons aucun autre revenu que les droits d'auteur. Du coup cette approximation dans votre camembert le rend un peu indigeste...
Je vous souhaite néanmoins une belle continuation, et une fois de plus, je vous félicite d'ouvrir ces discussions.

Posts les plus consultés de ce blog

Un livre pour aider l'enfant à gérer ses émotions...

Magie dans la cuisine

5 idées pour développer sa créativité